la montagne mag dimanche

MT_RI_2015020124
la montagne mag dimanche.
Combrailles auvergnates. Un écrin sauvage pour ancrer leur rêve : un hameau d’hébergements éco-responsables baptisé Bois Basalte.
La civilisation de la cabane est de retour. À Sauterre, commune de Manzat (Puy-de-Dôme), elle porte le nom de Bois Basalte, en hommage au lieu – celui d’une ancienne carrière – et de la nature omniprésente dans le projet. On y vient à pied sur le chemin qui mène à la Roche Sauterre, après avoir laissé sa voiture sur l’aire de stationnement blottie à quelques mètres entre les arbres. Une grosse branche munie d’une cloche sert de frontière entre le monde d’ici et celui de Bois Basalte.
C’est ici le territoire de Mathilde Richard, Lise Valet, Julien Peltier et Sébastien Gardarin, quatre jeunes architectes. Une terre qu’ils ont conquise à la sueur de leur front et de leurs bras, mettant à l’épreuve leur conception de l’architecture et leur amitié.
À droite, trois grandes cabanes et un immense bâtiment qui surplombe le chemin, comme un phare.
À gauche, l’aire de bivouac avec ses trois plateformes pour accueillir aux beaux jours des tentes circulaires entre yourte et tipi et plus loin quatre petites cabanes. « Bois Basalte est pour nous une aventure autant professionnelle qu’humaine. Julien et moi sommes de Manzat et cela nous a aidés pour trouver le terrain, une friche oubliée de tous. Mais aussi pour convaincre les élus et les habitants que notre projet n’allait pas défigurer le paysage », explique Sébastien Gardarin.
« On a dessiné le projet de A à Z et on a fait toutes les cabanes avec l’aide ponctuelle d’amis charpentiers », poursuit Mathilde.
Bain norvégien dans une citerne et sauna dans un transformateur
Eux aussi, comme les fondateurs d’Apple ont démarré dans un garage pour pré-assembler tout ce qui pouvait l’être, mais avant la phase de montage, nous avons fait un gros travail de dessouchage et de débroussaillage qui a pris deux mois » précise Julien. « La vue panoramique sur la chaîne des Puys, personne ne la voyait avant nous. Et nous avons vraiment découvert la topographie des lieux au fur et mesure ».
Comme tout chantier qui se respecte, celui de Bois Basalte a apporté son lot de bonnes et de moins bonnes surprises. Les quatre amis ont dû composer avec les réalités du terrain sans sacrifier à leur ligne directrice : construire un hameau d’hébergements éco-responsables en privilégiant les matériaux et savoirs faire-locaux.
Un territoire en mouvement
Bois Basalte est relié à la source d’eau potable de Sauterre, un maximum d’arbres (hêtres, merisiers, frênes et houx ont été sauvés)?; plusieurs dizaines de m³ de Douglas en provenance du Montel de Gelat ont été utilisées, les cabanes s’ouvrent au sud pour profiter de la lumière et de la chaleur, des toilettes sèches ont été installées dans certaines cabanes. Deux bâtiments techniques abritant les douches privatives de chacune des cabanes ont été batis pour centraliser et rationaliser la consommation d’énergie (chaudière à granulés bois).
Ouvert en juillet dernier, Bois Basalte est un territoire en mouvement. Entre pluie, vent et neige, Mathilde Richard, Lise Valet, Julien Peltier et Sébastien Gardarin, se remettent au travail pour créer un bain norvégien dans une ancienne citerne et un sauna dans un ancien transformateur. Une cabane pour huit personnes devrait suivre tout comme un espace pédagogique qui sera installé sous le concasseur et pour lequel les concepteurs de Bois Basalte ont fait appel, avec succès, au financement participatif via Ulule.
Une offre originale qui séduit les touristes : « Beaucoup s’intéressent à l’avancée du projet et aux techniques de construction », poursuit Mathilde. C’est sûr à Bois Basalte, l’aventure ne fait que commencer.
Un style contemporain à la fois épuré et chaleureux
« Au Bois basalte on n’est pas très “babioles” », reconnaît Sébastien Gardarin. « Ce qui nous a intéressés c’est le traitement de l’espace et de la lumière. Et au final les gens sont plutôt contents que ce soit épuré et neutre car c’est aussi très reposant », poursuit Julien Peltier.
Ils ont ainsi opté pour du bois très clair à l’intérieur des cabanes et de la salle d’accueil, tandis qu’à l’extérieur c’est un bardage de bois brûlé qui fond les cabanes dans le paysage.
Toutes les cabanes s’ouvrent au sud par de larges baies vitrées, les circulations sont au nord. Des chemins de copeaux de bois ou des passerelles de bois relient les cabanes entre elles.
Au rez-de-chaussée, des panneaux de polycarbonate translucide apportent la lumière « tout en préservant l’intimité de chacun ». Ce matériau qui a les mêmes propriétés que le verre, est aussi un bon isolant thermique. Et la nuit, les cabanes sont comme des lampions posés à flanc de colline.
Vue panoramique HD sur la Chaîne des puys
Côté mobilier, les tables et les bancs ont été réalisés sur mesure pour réduire leur encombrement. Dans les grandes cabanes ces meubles se glissent, tout comme la table de cuisson, sous les deux plateformes qui accueillent les lits. Des alcôves que l’on ferme en tirant un rideau et qui le soir révèlent un ciel étoilé.
Le goût de l’épure et du naturel, n’interdit cependant pas les clins d’œil déco. Les bancs réalisés en métal ont été découpés au laser pour dessiner la silhouette de branchages. Et les meubles peuvent se pousser sans effort sur la terrasse pour dîner au grand air.
Les cabanes 2 personnes disposent d’une fenêtre-bandeau qui offre une vue panoramique sur la Chaîne des puys depuis son lit auquel on accède par une échelle à pas décalés.
Une dernière chose, il n’y a pas de télévision dans les cabanes et la connexion WiFi est uniquement disponible dans la salle d’accueil. Un choix « revendiqué » pour que chacun vive son séjour comme une parenthèse hors du temps en harmonie avec la nature.
Contacts.? Le hameau est ouvert toute l’année. Il peut être privatisé pour des réunions familiales ou des séminaires. Tél. 06.82.63.35.78. (Sébastien Gardarin)?; 06.30.27.09.74. (Julien Peltier)?; 06.78.97.94.48. (Mathilde Richard)?; 06.32.23.39.89. (Lise Valet). contact@le-bois basalte.fr?; cabanes-auvergne.fr.
Tarifs.? Cabane Latite (2 personnes) de 440 à 505 € la semaine, de 85 à 95 € la nuitée?; Cabane Olivine (4 personnes) de 510 à 685 € la semaine, de 110 à 135 € la nuitée?; Plate-forme Tuf (4 personnes) de 300 à 360 € la semaine de 75 à 85€, la nuitée. Tarifs dégressifs pour les nuitées suivantes.
La Roche Sauterre. ?La Roche Sauterre est le point culminant des Combrailles avec 977 m d’altitude. Elle correspond à une coulée de basalte issue d’une éruption volcanique. La roche a été entaillée en partie par une carrière. Le sommet a été aménagé en aire de pique-nique. Un chemin public traverse le hameau de Bois Basalte et y mène tout droit. Il faut laisser sa voiture au parking.
Randonnée.?Une balade Tino et Léa, La roche Sauterre, balisée par des papillons jaunes est spécialement destinée aux enfants. Elle aussi traverse le Bois Basalte.
À terme, d’autres randonnées pourraient être balisées depuis Bois Basalte.

Source : http://www.lamontagne.fr/auvergne/mag/voyages/2015/02/01/…

Posted on 1 février 2015 in presse

Back to Top