le journal de l’éco

Bois-Basalte-600x390
le journal de l’éco.
« Le bois basalte » c’est l’histoire de quatre jeunes architectes dont l’envie de revenir vivre en province a nourri la créativité. Julien, Sébastien, Lise et Mathilde ont conçu, dessiné et construit un éco-village à vocation touristique au cœur même des Combrailles dans le décor époustouflant de la roche de Sauterre, sur la commune de Manzat.

La revitalisation du rural

Quitter Paris pour vivre à 900 mètres d’altitude, il fallait oser. Ils n’ont pas hésité mus par une double motivation : communiquer autour d’une architecture alternative et revenir vivre en Auvergne. Quant à l’idée de construire un hébergement touristique plutôt que de retourner en agence ou créer leur propre atelier, « l’idée est partie du site » explique Mathilde Richard, porte-parole du groupe. « Au départ, nous avions envie de construire pour nous et prospections dans le secteur de Sauterre, le point culminant des Combrailles, pour sa grande qualité paysagère. Cela a pris un an pour trouver un terrain. Par chance, la Mairie avait du foncier disponible alors, quand nous leur avons parlé du projet, les élus ont immédiatement compris l’intérêt économique. »

La suite leur a prouvé qu’ils avaient raison. Si les cabanes sont le fruit d’une auto-construction, la construction et l’aménagement des espaces communs ont été confié à des artisans locaux. « Nous avons été bien accueillis par les habitants parce qu’ils nous sont reconnaissants d’avoir revalorisé les ruines de cette ancienne carrière. Pour certains, elle avait une dimension sentimentale forte, leurs parents ayant travaillé sur ce site que l’éco village a réhabilité. Ce n’est pas une structure fermée : elle est traversée par un chemin communal que de plus en plus de gens empruntent pour s’y promener et visiter les lieux. »

Entre les habitants qui profitent de l’animation du village et les touristes, nombreux dès le premier été de fonctionnement (Bois Basalte a ouvert en juin 2014), le rural revit, respire et rajeunit : les 4 architectes propriétaires de l’éco village sont en réalité deux couples de trentenaires, de quoi rassurer les élus locaux.

Des cabanes intégrées dans un site d’exception

« Au départ, nous avions envie de construire des cabanes poétiques, des constructions simples, avec une préoccupation accentuée sur le développement durable. Nous avions travaillé dans ce sens dans des petits cabinets d’architectes, Julien, Sébastien et moi, sur des bâtiments publics et acquis une certaine expérience au niveau intégration de cette démarche. Lise, dans un atelier de serrurerie a appris le savoir faire, les compétences liés à la construction. » . Les 4 premières cabanes ont ouvert et accueilli leurs hôtes en juin, 3 autres sont depuis achevées, auxquelles ont été ajoutées 3 tentes sahariennes familiales autour d’un bâtiment commun abritant les sanitaires. Cabanes et bâtiments sont particulièrement bien intégrés au paysage et aux espaces extérieurs entièrement défrichés et remodelés par les 4 compagnons. Le concasseur de l’ancienne mine n’a pas disparu. Reconverti en espace polyvalent pour l’accueil, la restauration, l’animation estivale, la silhouette du bâtiment raconte l’histoire du lieu.

Créer en partant de rien, un vrai challenge

Le projet d’un hébergement touristique en pleine nature n’est pas fortuit. Nos quatre entrepreneurs ont les pieds sur terre, et fort heureusement la tête dans les étoiles pour rêver ces cabanes originales. Ce fut un projet complexe à monter à la fois techniquement et financièrement mais, une fois le projet lancé, parce que très bien préparé, tout est allé très vite : « Il y a tellement de sites qui marchent vraiment bien, sur ce principe que nous n’avons pas eu de mal à convaincre. De plus, c’est agréable d’investir en Auvergne avec Auvergne Nouveau Monde. Nous avions rencontré un couple de Lille qui s’est installé dans la région et l’on a vraiment ressenti que nous étions les bienvenus. Nous avons été très soutenus par les élus locaux qui ont révisé leur PLU (Plan Local d’Urbanisme) afin de pouvoir nous accueillir, par le SMADT (1) des Combrailles qui nous a conseillé, par la Région qui nous a aidé financièrement, par le CRDTA (2) qui nous porte sur le plan de la publicité et par ses conseils. »

Le Bois Basalte est engagé dans une démarche Nattitude et les réservations n’ont pas tardé à arriver grâce à la médiatisation et une forte présence sur Internet et les réseaux sociaux. Les 3 premières semaines d’ouverture se sont remplies rapidement et la flexibilité proposée par la structure séduit : ici, il n’est pas nécessaire de réserver du samedi au samedi. Le Bois Basalte accueille ses hôtes à la nuitée ; c’est le client qui décide de ses dates de séjour.

Mais la création d’entreprise c’est aussi un travail de longue haleine alors, après le succès du démarrage, il n’est pas question de s’endormir. L’objectif est d’accueillir hors saison des séminaires d’entreprises dans un cadre qui saura offrir le calme et le dépaysement sans sacrifier au confort. Sans parler du retour à une vie professionnelle en agence ou cabinet d’architecture : « Nos cabanes sont aussi une vitrine sur notre activité d’architectes. »
(1) SMADT : Syndicat Mixte pour l’Aménagement et le Développement des Combrailles
(2) CRDTA : Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne

Source : http://lejournaldeleco.fr/de-bois-et-de-basalte-un-eco-village-au-coeur-des-combrailles/

Posted on 15 septembre 2014 in presse

Back to Top